Le syndrome de Silver-Russel est une cause classique de RCIU syndromique. Il est responsable, en dehors du RCIU, d’un phénotype particulier associant visage triangulaire, hémihypotrophie, clinodactylie du 5e doigt,
et macrocéphalie relative (ou plutôt conservation du PC). L’existence de cas familiaux a suggéré un déterminisme génétique au syndrome, et l’anomalie la mieux décrite jusqu’ici correspond à une isodisomie uniparentale maternelle du chromosome 7, retrouvée dans 7 à 10 % des cas, avec l’implication possible du gène codant pour la protéine Grb10, protéine modulatrice impliquée dans la signalisation des IGFs (Charalambous M, Smith FM, Bennett WR, Crew TE, Mackenzie F, Ward A. Disruption of the imprinted Grb10 gene leads to disproportionate overgrowth by an Igf2-independent mechanism. Proc Natl Acad Sci U S A 2003;100:8292-7). Cette anomalie génétique est en accord avec l’hypothèse du conflit parent-enfant, qui prédit que, parmi les gènes soumis à empreinte parentale, ceux exprimés à partir du chromosome paternel agiraient pour accroître la croissance placentaire et fotale, alors que les gènes exprimés à partir du chromosome maternel agiraient pour limiter la croissance fotale. La région 11p15 est soumise à empreinte chez l’homme. Cette région a été surtout étudiée dans le cadre du syndrome de Beckwith-Wiedemann, syndrome de « surcroissance » associant macrosomie, macroglossie, viscéromégalie, omphalocèle, hypoglycémie par hyperinsulinsisme : une isodisomie uniparentale paternelle entraînant la surexpression du gène de l’IGF-II en 11p15 explique une proportion importante de cas de syndrome de Beckwith-Wiedemann (ce gène est soumis à empreinte parentale paternelle : seul le gène de l’allèle paternel est normalement exprimé). À l’inverse, deux cas de RCIU avec un phénotype proche du syndrome de Silver-Russel ont été décrits en association avec une duplication maternelle 11p15 (Kosaki K, Kikuchi T, Yoshihashi H, Kosaki R, Suzuki T, Smith R, Matsuo N. Russell-Silver syndrome as a phenotype resulting from defects in the IGF1R axis : the ligand IGF2, its receptor IGF1R, or the signaling modulator GRB10. Am J Hum Genet 2000;67S:1932.)(Fisher AM, Thomas NS, Cockwell A, Stecko O, Kerr B, Temple IK, Clayton P. Duplications of chromosome 11p15 of maternal origin result in a phenotype that includes growth retardation. Hum Genet 2002;111:290-6.)

Dans ce travail, les auteurs ont donc exploré de manière plus systématique l’hypothèse « en miroir » du syndrome de Beckwith-Wiedemann, correspondant à la recherche d’isodisomie maternelle, ou de duplication maternelle, en 11p15 dans une cohorte de 46 sujets avec un syndrome de Silver-Russel. Deux cas de duplication maternelle 11p15 ont été découverts, permettant d’estimer à 4 % la fréquence de cette anomalie génétique dans le syndrome de Silver-Russel. Les taux circulants d’IGF-II n’ont cependant pas été rapportés dans ce travail. L’implication d’anomalies du système des IGFs à l’origine du syndrome de Silver-Russel apparaît intéressante. Enfin, l’étude plus systématique des taux circulants d’IGF-II devrait également permettre de mieux comprendre des RCIU en apparence idiopathique.


Source: Régis Coutant (Endocrinologie Pédiatrique, CHU Angers) Article commenté
Is maternal duplication of 11p15 associated with Silver-Russel syndrome ?
Eggermann T, Meyer E, Obermann C, Heil I, Schuler H, Ranke MB, Eggermann K, Wollmann HA 2005 J Med Genet 42:e26Date de publication : 14-09-2005 site endocrino.net

Tagged with →  
Share →